Array ( [lang] => fr [alias] => architecture-globale-de-la-finance-climat- ) Architecture globale de la finance climat

Architecture globale de la finance climat

En raison de l'évolution que la finance climat a connue depuis la naissance du concept, l'architecture internationale relative à la finance climat a également évolué, mais demeure complexe. Au fil du temps, les canaux de financement se sont multipliés, rendant les possibilités de l’accès au financement par les pays développés plus nombreux, mais compliquant également les procédures pour ces pays d'accéder à des fonds.

Parallèlement à l'évolution de l'architecture internationale et de sa complexité, il est important de noter que le système de «contrôle, reporting et vérification » (MRV) des fonds reste une composante essentielle. En effet, tout aussi important est la façon dont ces ressources sont transférées et accessibles par les pays en développement. Le système MRV est mis en place pour aligner sur les principaux piliers du financement climatique mondial, à savoir la transparence et la responsabilité. Cependant, la mise en œuvre effective de ce système se heurte à plusieurs obstacles, notamment le manque d'accès à des informations détaillées pour tous les fonds, l'absence d'une définition claire et unique de ce qui est couvert par le «financement climatique», etc.

L'architecture internationale du financement climatique dispose de plusieurs types de canaux :

Principaux canaux de la finance climat (Source: Climate Funds Update)

 

 

Principaux canaux de la finance climat (Source: Climate Funds Update)

Canaux multilatéraux

Ces canaux sont représentés par les institutions multilatérales qui apportent leur financement et leur savoir-faire pour soutenir les projets d'investissement solides et durables, en faveur de plusieurs thèmes, y compris le changement climatique. Ces institutions comprennent principalement :

  • Les mécanismes financiers de la CCNUCC ;
  • Les mécanismes de financement carbone du Protocole de Kyoto ;
  • Les agences de l'ONU ; et
  • Les banques multilatérales de développement.
Les fonds climatiques multilatéraux sont un canal majeur pour le financement climatique provenant de donateurs nationaux, destinés à des projets dans les pays en développement, souvent utilisés dans le cadre de programmes d’investissement de plusieurs millions de dollars à l’échelle nationale, administrés par les banques multilatérales de développement. Ces institutions jouent un rôle clé dans l'utilisation de l'aide publique internationale pour mettre en œuvre l'investissement local dans les pays en développement.
Ils ont aussi un objectif explicite d'engager le secteur privé et tirer parti de son capital pour des investissements favorables au climat. Plus d'informations sur les institutions multilatérales est disponible ici

Canaux bilatéraux

Il s’agit principalement d’agences d’exécution qui gèrent une part importante du financement climatique publique. Ces agences appuient le travail sur le changement climatique et intègre diverses composantes : les investissements, l'assistance technique, la recherche, etc.

Cependant, il y a peu de transparence et de cohérence notamment en matière de comptabilisation de certains financements bilatéraux de lutte contre le changement climatique, car les pays classent et comptabilisent eux-mêmes les flux financiers « climat » et il n’existe pas de modalités de communication, ni de système de vérification indépendant. Plus d’informations relatives aux institutions bilatérales est disponible ici

Fonds nationaux et régionaux pour le changement climatique

La croissance des possibilités de financement du changement climatique rend la prise en considération des différents canaux et outils d’une grande importance pour les pays et ce en vue d’attirer et tirer parti des différents types d’investissements dans le changement climatique, y compris l'investissement provenant des sources privées. En effet, les fonds nationaux et régionaux constituent l’un de ces outils pouvant être utilisés pour relever ce défi.

De ce fait, plusieurs pays en développement ont mis en place des canaux et des fonds régionaux et nationaux avec une variété de formes et de fonctions, alimentés par le biais de la finance internationale et / ou les allocations budgétaires nationales et le secteur privé domestique.

Ces fonds appuient les pays à financer directement des projets et des programmes de changement climatique, par la collecte et la coordination, ainsi que le renforcement de l'appropriation nationale du financement

Plus d’informations disponible ici